Accès réservé
Login :
Password :
 
Pas encore d'accès...
 

Les formes de tourisme...

  Le Tourisme Les Impacts du Tourisme Le Tourisme Alternatif  
 

L'essor du tourisme a commencé dans les années 60 avec l'arrivée des congés payés dans les pays industrialisés, la société de consommation, et le développement des moyens de transports tels que l'automobile et l'avion.

Les données chiffrées de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) parlent d'elles-mêmes : en 1950, on comptait 25,3 millions d'arrivées internationales de touristes pour 808 millions en 2005, avec une augmentation régulière de 4% par an durant ces deux dernières décennies. Si l'accroissement se poursuit, l'OMT prévoit 1 milliard de touristes en 2010 et 1,6 milliards en 2020.

Les Principaux Acteurs du Tourisme

Quelle différence entre une agence de voyage et un tour-opérateur ? Il est bien difficile de s'y retrouver tant les activités se mêlent et s'imbriquent. Leur forme juridique est tout aussi variée, la plupart ont des statuts d'entreprises, mais certaines sont de type associatives. Ces dernières se trouvent principalement dans le secteur de tourisme alternatif, mais cela n'est pas une généralité, il existe des agences de voyages ou tours-opérateurs qui se sont spécialisés dans le tourisme responsable, éco-tourisme et tourisme solidaire, avec un statut entrepreneurial.
Les principaux acteurs sont les suivants :

  • Les agences de voyages, elles vendent des voyages et des séjours, conçus par elles-mêmes ou par des tours-opérateurs.
  • Les tours-opérators ou voyagistes sont spécialisés soit dans une destination, soit sur une thématique ou un type de vacances. C'est un organisme chargé d'assembler plusieurs prestations de ses fournisseurs (compagnies aériennes, hôteliers, autocaristes, restaurateurs, guides, ...) et de les vendre à un prix tout compris, c'est à dire un forfait ou package.
  • Les agences réceptives sont établies en région et organisent des séjours sur commande, soit pour des particuliers, soit pour des entreprises (séminaires, colloques).
  • Les autres professionnels du tourisme proposent des produits touristiques (hôtels, campings, prestataires d'activités sportives, transporteurs, ...) et travaillent souvent en partenariat entre eux.

les Différentes Formes de Tourisme

  • La première forme de tourisme reste le voyage individuel bien connu sous le titre de globe-trotter ou voyage routard, associé très certainement aux guides de voyage du même nom. Sur les forums, c'est presque un label de se reconnaître routard, mais quelle est sa particularité ? Le routard ne fait pas appel à un organisme de voyage, mais construit son séjour, seul ou en petits groupe, avec des brochures ou guides de voyage. Il cherche "les bons plans" pas trop chers, et est en contact avec la population, car il utilise le plus possible les moyens de transports locaux, les hébergements et restaurants pas chers, et évite les hôtels à étoile tout confort. Il voyage sur des longues périodes (3 semaines et plus), son budget doit donc être en conséquence.
  • Le tourisme de masse est le mode de tourisme qui est apparu, grâce à la généralisation des congés payés dans de nombreux pays industrialisés, dans les années 1960 permettant aux masses populaires de voyager et de soutenir le secteur économique du tourisme. Le voyage en forfait (package) est typique du tourisme de masse, ainsi que la concentration de lieux de villégiature sur un endroit limité. C'est à ce type de tourisme que l'on attribue le plus d'impacts négatifs que ce soit sur l'écologie ou l'économie locale.
  • Le voyage est aujourd'hui considéré comme un droit pour tout être humain. Le tourisme social est le mouvement de démocratisation du tourisme, perceptible depuis les années 60 : création du Bureau International du Tourisme Social (BITS) à Bruxelles en 1963, et adoption à l'unanimité de la Déclaration de Manille par les membres de l'Organisation Mondiale du Tourisme en 1980. Le tourisme social qui vise à favoriser le départ du plus grand nombre, est en régression ces dernières années, très certainement dû à une diminution du pouvoir d'achat.
  • Le tourisme de santé est en pleine expansion avec des tours-opérateurs qui se sont spécialisés dans ce domaine. Depuis les années 70, il n'était pas rare de voir des habitants fortunés des pays en voie de développement venir se faire soigner dans les pays industrialisés. Mais, aujourd'hui, en sens inverse, des pays en voie de développement se sont spécialisés dans les secteurs de la santé (opérations esthétiques, du coeur, implantation de cheveux, soins dentaires, ...) qui attirent de plus en plus les habitants de pays développés, notamment Etats-Unis ou Grande-Bretagne, dont les listes d'attente pour la santé sont très longues.
  • Dans le secteur du tourisme, le luxe ne fait plus référence aux modèles traditionnels. C'est un domaine où l'on cultive le secret absolu et où les chiffres pour mesurer son poids économique n'existent pratiquement pas, d'où la grande difficulté d'en mesurer l'importance. Même si les suites d'hôtels se louent jusqu'à 28000$ la nuit, à Dubaï, les investissements dans ce secteur sont colossaux pour répondre aux exigences démesurées de ces touristes. Dubaï, en est un exemple frappant, avec sa folie des grandeurs. Ville située en plein désert, héberge l'hôtel le plus cher, le plus haut, le plus fou, construit sur une île artificielle à 280 mètres de la plage. Mais ce n'est rien à coté des projets pour 2012 : un ensemble surréaliste de trois îles en palmier, entièrement sorties de la mer. Au programme également, la construction d'un archipel de 300 îles artificielles, représentant un planisphère sur 9km de long et 7 de large. Pour divertir les touristes, la ville va également développer le Dubaï Waterfront : une gigantesque marina, le Dubaïland : un parc à thème de 81km² et le Ski Dôme : une piste de ski de 400m en plein désert.
  • Enfin, le tourisme sexuel ne peut pas être classé parmi le tourisme traditionnel, mais selon le rapport publié en juin 2007, fait à l'occasion de la première journée du tourisme responsable, 10% des touristes internationaux choisissent leur voyage en fonction d'une offre sexuelle. Sous le terme de tourisme sexuel, nous comptons trois formes différentes :
    • la prostitution classique, est la plus importante et regroupe femmes, hommes et enfants.
    • les voyages sexuels organisés par des agences de voyage américaines, proposent de découvrir des pratiques sexuelles d'un autre pays, en assurant parfois sous contrat, les services de filles ou garçons vierges (peur du sida oblige). Ce contrat incite les agences à recruter des enfants "à usage unique" toujours plus jeunes, puis utilisent ces enfants pour d'autres clients. Des procédures judiciaires sont lancées contre ces agences, et en 2004, pour la première fois, une agence de voyages installée à New York a été fermée et ses propriétaires inculpés.
    • Le copinage : il s'agit de jeunes femmes, qui le temps d'un séjour, deviennent l'amie du touriste. Leurs services ne sont pas payées, mais elles participent au train de vie du touriste, et parfois négocient des cadeaux (chaussures, vêtements, ...). A Cuba, ces jeunes femmes sont appelées jinetera, signifiant cavalière, terme très ambigu. Même si elles commencent avec l'espoir d'épouser le touriste, ces jeunes filles finissent très vite par se prostituer. Véritable fléau à la Havane ou Varadero (Cuba, qui était fier d'avoir fermer les "bordels" des Etats-Unis), ce phénomène a été observé maintenant à Saint Domingue, capitale de la République Dominicaine, tout proche. De la même manière, des jeunes hommes deviennent des jineteros.